Dans le Télérama de cette semaine, on trouve un encart de P. Murat à propos du DVD (avec bonus) de l'adaptation d'André Delvaux de L'oeuvre au noir, de Marguerite Yourcenar. Je n'ai encore jamais vu cette adaptation, pourtant sortie en 1988. En revanche j'ai lu avec délice le roman de Yourcenar, et je ne peux que conseiller à ceux qui ne l'auraient pas lu de se plonger dans la vie de Zénon, l'alchimiste humaniste persécuté.
Le DVD en question est enrichi de bonus apparemment très intéressants, comme l'interview du chef opérateur et un livret qui reproduit la correspondance entre celle qui était académicienne depuis 1980 et le réalisateur. Et hop, la page en question sur Télérama!

"[...] je ne traverserai pas les siècles relié en veau. Mais quand je vois combien peu de gens lisent L'Iliade d'Homère, je prends plus gaiement mon parti d'être peu lu." ( M. Yourcenar, L'oeuvre au noir, chap. La conversation à Innsbruck)

"Je me suis gardé de faire de la vérité une idole, préférant lui laisser son nom plus humble d'exactitude." (ibid.)